Alors, on la fait cette liste?

Publié le par FASE 89

Le 14 novembre dernier, se tenait à Château-Chinon une conférence régionale du PC. Cette réunion devait préparer les bulletins de vote avec lesquels les sections de base de ce parti décideraient de leur attitude au premier tour des Régionales.
Les délégués consultés ce jour-là ont exprimé leurs préférences au cours d'un vote.
Les résultats de ce vote sont les suivants (les formules utilisées seront vraisemblablement celles que porteront les bulletins de vote proposés aux sections) :
- Liste avec le PS 36 voix
- Liste Front de Gauche élargi 35 voix
- Liste PC seul 1 voix
On le voit un vote très partagé. Il va au-delà de ce que nos amis communistes de l'Yonne espéraient. La Bourgogne se situent, pour l'instant dans les régions pour lesquelles les jeux ne sont pas faits. mais cela peut (et doit) encore évoluer.
Toute cette semaine, les communistes de toute la région vont s'exprimer. Il faut espérer que la tendance s'inverse avec le vote de la base.

Nous nous trouvons donc devant deux hypothèses :
1- les communistes choisissent le rassemblement de la gauche de gauche au premier tour
2- ils choisissent de se présenter avec le PS.

Dans le premier cas les discussions peuvent s'engager rapidement entre les forces agissant dans cette gauche de gauche. Une rencontre est d'ailleurs prévue pour le 26 novembre prochain entre le PC, le PG, le NPA, la Fase pour travailler rapidement au contenu des propositions et au déroulement de la campagne.

Dans le deuxième cas (appelons ça "le plan B") il nous faudra envisager (tout aussi rapidement) la constitution de listes sans le Parti communiste mais dans laquelle seront les bienvenus les communistes (de l'Yonne et des autres départements) qui n'acceptent pas l'attitude de renoncement de leur parti. Ces listes sont bien sûr envisageables avec les organisations politiques (le PG, le NPA, la Fase) mais aussi avec l'ensemble des citoyens engagés dans le mouvement social et écologique, dans les luttes pour les services publics, dans les associations.
Précisons que nous ne proposons pas ici une sorte de "débauchage" de militants d'un parti qui a tout notre respect. Mais, pour le moins, disons que nous ne confondons pas les militants communistes avec  une éventuelle attitude de renoncement comme celle mentionnée plus haut.

Ce "plan B" nous l'engagerions dès la semaine prochaine. Avec ceux qui le souhaiteraient.

À ce propos, il faut savoir que le NPA, de son côté, est, lui aussi, engagé dans une réflexion sur l'attitude qu'il doit adopter. Sa consultation était initialement prévue jusqu'au 6 décembre. Il faudra examiner dès la semaine prochaine si cela doit empêcher d'engager le processus de rassemblement. Il semble qu'effectivement, au plan local, nous pourrons avancer.

Et les évolutions au plan national peuvent soit y aider, soit contrarier nos efforts.

Nous n'évoquerons pas l'après 10 novembre dernier où, au plan national, le NPA revenait sur des positions qui semblaient dépassées à propos de la participation aux exécutifs des Conseils régionaux (voir l'article 
Réussir le rassemblement). Ce soir, se déroulait une nouvelle rencontre à l'initiative du NPA (sans le Front de Gauche). La Fase, les Alternatifs, le Forum Social des Quartiers Populaires, le M'PEP se sont rendus à cette réunion comme ils se rendront vraisemblablement à la rencontre initiée par le Front de Gauche, mercredi soir. Il n'est pas impossible que le NPA assiste à cette seconde réunion.
La rencontre de ce soir semble avoir été marquée par une évolution dans la formulation qui pourrait permettre un accord. Le texte présenté au début de la réunion par le NPA (voir ci-contre) précise la démarche :

La possibilité de participer aux exécutifs régionaux dépend donc des rapports de force

politiques et sociaux qui conditionnent la politique qui pourrait y être réellement mise en oeuvre.

Nous avons la volonté d’appliquer les points essentiels de notre programme, pas de faire le contraire de ce pourquoi nous sollicitons les suffrages des électeurs. Nous refuserons donc de participer à un exécutif dominé par le PS ou Europe Ecologie, qui mènerait une politique libérale conforme aux exigences du patronat et de l’Union Européenne.

Nous aurons, à la Fase 89, à cœur d'approfondir cette question lors de nos prochaines rencontres avec les uns et les autres. 

Vous pouvez réagir à cet article, par un commentaire (en cliquant sur "écrire un commentaire" ci-dessous), voire par un autre article que vous nous ferez parvenir à l'adresse e-mail de la Fase 89.

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article