Pas de panique!

Publié le par FASE 89

Une contribution de François Caussarieux, membre de la FASE Pyrénées Atlantiques, à propos du buzz autour de ce que l'on appelle "la montée de Marine Le Pen" et alors que la FASE envisageait la sortie d'un tract. C'est une intervention interne à la FASE qui comporte des critiques aux organisations, y compris la nôtre. C'est un élément de réflexion. C'est une pièce d'un débat fraternel et constructif (parce que l'on ne saurait se contenter de bavasser sur le sexe des anges). Ce texte a été écrit avant l'annonce d'un sondage plaçant Marine Le Pen en tête au premier tour des Présidentielles. Mais cela ne change rien à l'analyse.

Pacco

 

Je ne partage pas du tout l'excitation (début de panique ?) qui se manifeste depuis quelques jours sur le danger que constituerait désormais le FN de Marine Le Pen, comme si avant la vague de sondages et d'émissions récentes, on n'avait pas déjà anticipé ce phénomène dans nos propres rangs, comme si  certains d'entre nous n'en avaient pas surtout identifié les CAUSES. 
Parce que c'est de ça dont il s'agit chers camarades : QUELLES SONT LES RAISONS qui ont pu et qui pourraient alimenter l'émergence forte (dangereuse donc) sur la scène politique du discours de Marine Le Pen ?

Réagir n'est pas construire ! Ni rire ni pleurer mais comprendre, disait aussi le philosophe. 
Ce qui (pour l'heure) me semble + inquiétant que la "montée de MLP"  c'est cette faculté à la panique très vite collective, et cette tendance à la simple  "réactivité" qui traverse nos propres rangs.
A force de suivre le cours des sondages, en tombant dans le panneau brandi tout haut par les grands "communicants" du capital, à force de réagir plutôt que d'anticiper, de jouer défensif face au FN au lieu de passer à l'offensive avec nos propres outils, je pense que nous allons droit dans le mur, et nous donnons effectivement tous les gages à l'adversaire pour l'émergence de ses idées.

Une militante du NPA serait passée au FN ? Un autre de la CGT ? La belle affaire ! Ce qui est anecdotique car déjà observé de tout temps, devient risque de raz de marée sur le web et sur cette liste, pour la + grande satisfaction de la cellule communication du FN-MLP qui peut se dire qu'elle a réussi son coup : même les têtes pensantes de la gauche de gauche commencent à avoir peur, vous imaginez ! On croit rêver...

Pourquoi un ton si véhément de ma part ?
- d'abord parce qu'aucune preuve jusqu'à présent de cette montée de popularité n'autorise à dire qu'elle signifie une montée des thèses d'extrême droite et du racisme dans la population. Ça n'engage que moi, mais je ne le crois pas

- ensuite parce que nous sommes d'évidence en pleine manipulation distincte mais convergente de la part du FN, des instituts de sondage, et aussi d'une certaine presse comme l'Obs par exple, qui veulent nous matraquer et nous imposer le "sauveur"  DSK, avec son corollaire le vote "utile" au 1er tour. Et ça aussi c'est quelque chose qui marche fort hélas...

- parce que je considère que la séquence de novembre-décembre 2010 a pesé lourd dans ce que nous observons aujourd'hui au sujet du FN : nous n'avons pas su (ou pas pu) engager le combat frontal, médiatique, sur l'illégitimité du pouvoir et de Sarko au sortir du mouvement des retraites, comme certains l'avançaient (Picquet, Filoche, Meluche, les Alters et quelques uns à la FASE, mais pas le NPA ni le PC hélas). 
L'initiative pour un référendum a grimpé très vite à 300000 signatures et puis ?... et puis le Front de gauche a décidé qu'il fallait parler de choses sérieuses c'est à dire des cantonales !
Assurément, on s'en rend compte aujourd'hui, cette séquence post mouvement des retraites a pesé comme vide politique de la gauche de gauche. Du coup le FN et MLP s'emparent du discours de la rébellion sociale ; rien d’étonnant à cela, il suffit de reprendre les livres d’histoire.
Et ce n’est pas un simple tract réactif disant que le FN « ne peut pas avoir ce discours là » qui changera le cours des choses. Le FN a bien raison de récupérer ce discours et pour l’instant ça passe, parce que c’est dit d’1 seule voix contrairement à nous !

- parce que ce qui fait la "mise dans le mille" actuelle du discours de MLPen c'est aussi et surtout du côté des grands chocs politiques et sociaux de la décennie qu'il faut le voir, dont les quatres + déterminants sont à mon avis les conséquences du 21 avril 2002 lui même, du mouvement de 2003, du 29 mai 2005, et enfin le puissant mouvement contre la "réforme" des retraites à l'automne 2010 : à CHAQUE FOIS l'exigence et l'expression populaire massives et ultra majoritaires ont été foulées au pied par le pouvoir, ignorées, dévoyées et au bout du compte humiliées, avec la complicité du principal parti de la gauche, pour corser le tout.
Et tout cet « historique » à replacer dans un contexte de crise économique et sociale jamais vue, avec des entreprises du CAC40 qui pètent à +85% en 2010, le commerce de luxe et le logement qui explosent, et un pouvoir politique qui parait chaque jour un peu plus illégitime et corrompu.
Du coup la déception, la rancoeur ou le ressentiment jamais très constructifs en politique, et même la haine sont en train de gangrener la tête de dizaines de millions de citoyens, exclus de la société tout autant que salariés.
C’est là qu’est le danger potentiel, et c’est là qu’est posée la mire du FN.

Alors dans une situation aussi grave et historique que celle-ci, quelle manifestation politique est-il possible d'observer ?
- lorsqu'il y a réponse et passage à l'offensive, même ponctuelle, de l'unité syndicale et de la gauche de combat : ce sont les formidables mobilisations de l'automne et les exigences citoyennes fortes observées par exemple sur les piquets des raffineries ; le peuple prend la parole en sachant fort bien ce qu'il a à dire, et cela peut aller très loin dans la radicalité politique, comme l'avait signalé à l'occasion Pierre Zarka.
- quand il n'y a pas de réponse, c'est simple : c'est le FN qui engrange et qui construit ! 
Pour pousser l'exemple jusqu'au bout, qui nous dit que les mêmes ouvriers des raffineries de l'automne 2010 ne voteront pas en majorité FN en 2012 si l'offre politique à gauche, et singulièrement celle de la gauche de transformation, n'est pas à la hauteur ? Cela en fait-il des fachos en puissance ? Non bien sûr.

La phrase de Jean Brafman "mais cela laisse entier les questions de rassemblement et du projet politique à gauche du PS" résume tout.

Je considère qu'avant de commencer à courir après les sondages et les phrases ou provocations de MLPen (on n’a pas fini !), nous avons mieux à faire avec 1 SEUL objectif urgent, celui donc du "rassemblement et du projet politique à gauche du PS" 
Dépêchons nous de bâtir ce "Front d'unité populaire" ou ce "Front de gauche en dépassement" (appelez le comme vous voulez), dans les mois à venir, en commençant dans les départements, les régions, pour l’imposer aux appareils du PCF et du NPA qui freinent des 4 fers.

L'enjeu est clair :
1/ Etre VISIBLES, car le fait est que nous ne le sommes pas, en raison de la division de la gauche de transformation. Il va bien falloir à un moment donné parler d’une seule voix (la question de la Présidentielle concerne ce point)

2/ Etre LISIBLES, avec un projet politique de rupture clair et simple à mettre en avant en TOUTES CIRCONSTANCES. Pour l’instant nous ne l’avons pas (là c’est l’enjeu des législatives 2012 dont il s’agit)

Si nous ne remplissons pas ces 2 exigences, c’est le FN qui continuera à progresser et aucun tract ou pétition ne l’arrêtera.
C’est cela qu’il faut marteler aux partenaires du Front de gauche et du NPA. Il n’y a pas d’autre voie plus urgente pour s’opposer au Front National et MLP.

En ayant aussi toujours en tête, par opposition aux simples sondages évoqués + haut, que plusieurs études politiques sérieuses, nationales comme internationales ces 10 dernières années mettent en exergue un rejet très fort des français (surtout des salariés) envers le capitalisme, le pouvoir des banques et de la Bourse. De ce point de vue notre pays serait dans le top trio mondial sur cette position : c’est un terreau qui interpelle fortement la gauche d’alternative, et qu’il ne faut en aucun cas abandonner au national–populisme et au fascisme, caché derrière son masque du social et de l’anti système

No pasaran ! !
François Caussarieu

(FASE-ALTERNATIFS 64)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérard 09/03/2011 19:19


Lu, avec plaisir, l'article de François Caussarieu, "pas de de panique". Je ne sais pas si tout ce qu'il propose est juste mais je partage sa colère. Il me semble qu'il faut être simple et surtout
faire bloc sur quelques points d'ancrage.
J'en donne quelques exemples.
- Aller vers l'abrogation de l'actuelle constitution.
- Coordonner des actions concrètes contre le Capital actuel : notamment les banques et surtout leurs actionnaires (sociétés d'assurance, par exemple). Je parle d'actions visibles par tous. Vidage
des comptes personnels, réclamations massives pour un crédit moins cher, appui aux PME étranglées à la fois par les banquiers et les grandes entreprises du CAC 40 (prononcez caca-rente).
- Réveiller notre internationalisme qui ne bat même plus d'une aile.

J'en ai par dessus la tête de nos propres têtes pensantes et des dirigeants des partis " à la gauche de la gauche" qui, de colloques en assemblées populaires, de blogs en blagues, défendent leur
forteresse vide.

Porquoi ne pas se servir d'internet comme s'en servent ceux qui veulent vraiment le changement radical ? Je pense notamment aux mouvements qui ébranlent le "monde arabe" (en réalité une
construction du capitalisme occidental).

Voilà, dans le désordre, quelques éructations peut-être stériles... mais il n'y a pas de mal à se faire du bien.

Gérard


Claudine 07/03/2011 14:52


Combien je suis d'accord avec cet article! en entendant les infos ce matins je faisais la reflexion que les medias et surtout nous ,bien sûr, ferions mieux de parler de ce qui tient à coeur au
péquin moyen: le pouvoir d'achat ,le manque de travail ,les retraites la santé, j'en passe et des meilleures!
claudine


Sylvère 07/03/2011 09:33


Peu importe ce sondage. La panique est le plus mauvais des arguments. Les électeurs préfèrent aller voir par eux-mêmes si c'est aussi terrible qu'on le dit !
Une campagne électorale avait vu le PS afficher : "au secours, la droite revient !"... Alors, la droite est revenue. Continuons à nous faire peur et c'est exactement ce qui va arriver. "N'ayez pas
peur !" ce n'est pas seulement valable pour des chrétiens contre les dictatures "communistes" ou les démocrates arabes contre les dictateurs soutenus par les occidentaux. C'est aujourd'hui valable
pour les citoyens humanistes républicains, libertaires, les vrais communistes et les vrais socialistes.
Sinon, les électeurs préfèreront aller voir si le fascisme est vraiment aussi effroyable qu'on le leur a dit !
Là encore, c'est lâcher la proie pour l'ombre. C'est pour détourner l'attention de Sarkozy qui est, lui, bien réel et pas du tout un fantasme, et qui travaille jour après jour à détruire ce pays, à
le prémâcher pour qu'il soit digeste pour ...la finance internationnale.
MLP au pouvoir, ça n'arrangerait pas ces messieurs, beaucoup trop surpris et gênés par les manifs et les émeutes.